Quelques détails sur la rencontre:


Logo Sacem Le 11 mars 2002, le FONDS D'ACTION DE LA SACEM nous a octroyé une subvention pour soutenir le projet ECHOS D'ORIENT. Concrètement, les 15 000 Euros qu'ils nous ont versés permettront de faire parvenir à chacun des musiciens rencontrés sur notre route,
- un exemplaire du livre Echos d'Orient
- une rémunération, qu'il soit professionnel ou amateur.
Le FONDS D'ACTION de la SACEM aide et honore ainsi tous ces musiciens qui, j'espère, ont bercé vos oreilles.

L'une de nos amies a même pu apporter le livre Echos d'Orient, en main propre...

En mai 2000, nous rencontrions Frédéric Garouste Ispahan. Notre malheureuse victime nous a poliment rapporté plusieurs colis vers Paris, nous évitant de tout garder sur les vélos.
En 2002, Frédéric se marie avec une merveilleuse Iranienne, Arezou, qui accepte de revenir dans le village de Mahmoud, le berger, pour lui porter le livre et un cadeau, ainsi que les Cd et cassettes des musiques enregistrées en Iran.
Nous estimons en effet que mettre de l'argent entre les musiciens et nous, cela n'est pas forcément l'idéal, et nous avons opté pour un Radio-Cassette-Cd, pour que Mahmoud puisse écouter les musiques de son pays, et aussi celles que nous lui avons rapportées.

Pour la photo-souvenir (qui nous a émue), il a tenu a nous présenter son fils, que voici.



Pour vous rafraîchir la mémoire, réécoutez les musiques d'Iran:

  • A Tabriz, Vallid parvient à trouver un marchand d'instruments prêt à nous faire découvrir le son cristallin du santur, une fois les portes bien fermées, évidemment, car on était en plein mois de moharam.


  • A Téhéran, malgré la bourrasque d'activité qui nous saisit, nous trouvons le temps de rencontrer des musiciens soufis. Ils acceptent de nous jouer (en catimini) de splendides complaintes au setar, un luth au long manche.
    Ecoutez duTambur et du Cétar , (Fichier=irantarcetar.mp3, Taille= 991 ko; Origine=Teheran), et dégustez en plus une voix (Fichier=irantarcetarvox.mp3, Taille= 1057 ko; Origine=Teheran), ou bien le tar en solo (Fichier=irantar.mp3, Taille= 1022 ko; Origine=Teheran).


  • Après Téhéran, après la circulation assommante d'Ispahan, nous dégustons le silence de la campagne. Gavart est un ancien village zoroastrien (une religion passionnante), parsemé de pigeonniers en torchis. Mahmoud, dont nous parlions plus haut, s'est taillé une petite flûte dans un morceau de tuyau. "Pour ne plus être seul". Cette petite flûte, ce tuyau percé de six trous se transforme en mélodies claires dès que Mahmoud y pose ses doigts. Pendant la soirée, Mahmoud et un autre homme se répondent en chantant, de part et d'autre du village. Nous dormons dans la ferme pour l'accompagner aux champs le lendemain. Départ à l'aube avec le troupeau. Les centaines de pattes soulèvent des nuages de poussière. Les pigeonniers disparaissent dans un brouillard éphémère. Tout en marchant, Mahmoud fait parler sa flûte. Ses moutons lui répondent en bêlant. On s'arrête à 10 minutes de là dans un beau pâturage. Après les enregistrements, Mahmoud ne se lasse pas d'écouter le résultat sur minidisc ou de visionner les images du camescope. C'est toujours merveilleux de voir quelqu'un rire de s'entendre et de se regarder.(iranberger.mp3, Taille= 524 ko; Origine=Iran).


  • ...et pour les plus tenaces qui autont lu ces lignes jusqu'au bout, une Intégrale des musiques de l'Iran partie-1 (+ - 50 Mo) & partie-2 (+ - 50 Mo) pour vous préparer en Cd-Audio une compile de nos musiques Iraniennes.



  • Fermez cette fenêtre en cliquant sur la croix en haut à droite.